Home
Tour
Hall of Recognition
Donation Page
Café
Upcoming Events
Links
Contact Us
Francais
 

Cette distinction a été créée pour reconnaître la contribution exceptionnelle à l’industrie de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick de la part de particuliers ou de groupes.

Agriculteurs, exploitants agricoles, gens d’affaires, agronomes et scientifiques qui ont contribué à l’essor de l’industrie de la pomme de terre peuvent être admis au Panthéon du Monde de la pomme de terre.

Les candidatures peuvent provenir du milieu local, provincial, national ou international de la pomme de terre et viser les domaines suivants : marketing, organisation ou exploitation, production, amélioration génétique, politique, communication et éducation.

Les mises en candidature sont acceptées par legrand public et par l’entremise des quatre groupes suivants

  • Pommes de terre du Nouveau-Brunswick
  • NB Seed Growers Association
  • NB Potato Exporters Association
  • Institut des agronomes du N.-B.

Un comité constitué pour l’occasion par le conseil d’administration du Monde de la pomme de terre évalue les candidatures en fonction de quatre critères en se basant sur l’information contenue dans le formulaire de mise en candidature. Toutes les candidatures sont conservées pendant cinq ans et, chaque année, les candidats sont automatiquement remis en lice.

 

Clicquer ici pour fair une nomination au panthéon du monde de la pomme de terre

 

Harrison McCain
Né à Florenceville, Harrison McCain a fréquenté la Florenceville High School avant d’obtenir son baccalauréat en économie de l’université Acadia (1949). Marié et père de famille, il a eu cinq enfants.

Cofondateur et président fondateur de McCain Foods, il a évolué pendant 45 ans dans l’industrie de la pomme de terre et a étendu le marché de la frite à l’échelle de la planète. Aujourd’hui, Aliments McCain en est le plus important producteur mondial.

Cet homme d’affaires déterminé, généreux et inventif éprouvait un attachement profond envers sa province. Sa vision d’avenir a toujours eu pour décor un petit village niché sur les rives du fleuve Saint-Jean et a rapidement échafaudé une entreprise d’envergure mondiale.

Personnage éminent, ses réalisations, son leadership social et ses activités philanthropiques ont souvent été soulignés. Entre autres honneurs dont il a été l’objet :

  • Compagnon de l’Ordre du Canada
  • La Légion d’honneur de la République française
  • L’Ordre du Nouveau-Brunswick
  • Intronisation au Temple de la renommée de l’entreprise canadienne
  • Membre honoraire perpétuel de l’Agriculture Institute of Canada
  • Membre honoraire perpétuel de la Potato Association of America
  • Nombreux doctorats honorifiques de diverses universités
  • Prix humanitaire Gary Wright
  • Lauréat du Canadian Business Statesmen Award de la Harvard Business School


 

Yvon P. Ouellette

L’industrie de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick s’est considérablement enrichie grâce aux connaissances, aux compétences et au leadership d’Yvon Ouellette.

M. Ouellette est né à Drummond, au Nouveau-Brunswick. En 1996, il se lance dans la culture de pommes de terre de semence sur un lopin de 60 acres. Aujourd’hui, l’exploitation compte 1000 acres et s’est diversifiée par l’ajout de cultures céréalières. L’expertise de M. Ouellette s’est également diversifiée – production de semences, expédition, exportation, distribution et courtage en transport – au point de faire de lui un modèle pour l’industrie néo-brunswickoise de la pomme de terre.

Cet homme à l’esprit d’innovation remarquable a introduit l’équipement hollandais de calibrage de la pomme de terre et modernisé le matériel utilisé au Nouveau-Brunswick. Aujourd’hui, il poursuit ses travaux sur de nouvelles variétés et tente de mettre au point de nouveaux procédés de fertilisation et de nouvelles techniques de calibrage en vue de produire des semences supérieures

Les prix suivants ont été décernés à M. Ouellette en reconnaissance de ses nombreuses réalisations.

  • Certificat de mérite dans la catégorie de l’Entrepreneurship du prix Canada pour l’excellence en affaires
  • Certificat en reconnaissance de réalisations entrepreneuriales exceptionnelles présenté par l'Association des prix de l'Entrepreneurship du Canada Atlantique
  • Prix d’excellence en exportation du ministère du Développement économique et du Tourisme du Nouveau-Brunswick


Wallace McCain

Né à Florenceville, Wallace McCain a fréquenté la Florenceville High School et a obtenu son baccalauréat en arts de l’université Mount Allison en 1951. Marié et père de famille, il a eu quartre enfants.

Cofondateur de McCain Foods, il en a été président et le cochef de la direction jusqu'en 1995 et il en est actuellement le vice-président.  McCain Foods a connu une telle croissance qu'elle s'est hissée au rang de géant mondial du surgelé.  Wallace McCain est maintenant président du conseil d'administration de Les Aliments Maple Leaf Inc., un chef de file canadien de la transformation des aliments qui à cur de fournir des produits de qualité aux consommateurs de partout sur la planète.  L'entreprise, qui a son siège social à Toronto au Canada, emploie plus de 23 000 personnes au Canada, aux Etats-Unis, en Europe et en Asie.                

Homme d’affaires déterminé et généreux, il éprouve un attachement profond pour sa province.

Ses réalisations, son leadership social et ses activités philanthropiques ont souvent été l'objet:

  • Officier de l’Ordre du Canada
  • L’Ordre du Nouveau-Brunswick
  • Temple de la renommée de l’entreprise canadienne
  • Nombreux doctorats honorifiques de diverses universités
  • Dirigeant international de l'année au Canada
  • Temple de la renommée du Nouveau-Brunswick
  • Membre honoraire perpétuel de la Potato Association of America
  • Prix humanitaire Gary Wright de Friends of We Care Inc.
  • Prix d'excellence de B'nai Brith
  • Membre honoraire perpétuel, Association des ingénieurs et des géoscientifiques du Nouveau-Brunswick
  • Knight of the GOlden Pencil Award

Les diverses fonctions qu'il occupe attestent de l'importance qu'il accorde à la communauté:

  • Membre du conseil d'administration de l'hopital St. Michael
  • Administrateur de Brascan Corporation
  • Coprésident de la campagne de financement de l'Ecole nationale de ballet
  • membre du Conseil consultatif national de l'Université Mount Allison

Anton L. Pray

Anton Pray est né le 5 avril 1926 à Portland, dans le Maine. A l'âge de 4 ans, il va habiter chez ses grands-parents à New Denmark, au Nouveau-Brunswick. En raison de la maladie de son grand-père, il est forcé d'abandonner l'école à 14 ans pour s'occuper des chevaux sur la ferme familiale de 50 acres.

La carrière d'Anton durera 40 ans. Au début, en plus de s'occuper d'une ferme de 50 acres, il classe des pommes de terre qui arrivent par train de partout au pays. En 1957, il commerce à fournir des pommes de terre de semence à McCain, cultivant alors 10 acres. Aujourd'hui, il consacre près de 400 acres à cette culture et quelque 350 acres à la culture céréalière.

Pendant 12 ans, il est à l'emploi de Canada Packers, s'occupant de l'entrepot à New Denmark. Plus tard, l'entreprise ayant étendu ses activitiés jusqu'à Drummond, Anton s'associe au regretté Herluf Peterson et à Donny Mocklet pour acquérir Canada Packers. Du coup, l'entreprise devient New Denmark Potato Shippers. Son association avec Herluf aura duré 12 années. Vers 1974, Anton reprend l'entreprise de Drummond pour mettre sur pied A.L. Pray & Son Co. Ltd. Aujourd'hui, environ 75% de ses cultures sont exportées, tandis que le reste, 25%, est vendu au Canada.

Anton favorise depuis toujours le concept de « ferme familiale ». Selon lui, c'est ce qui permet à l'industrie de se développer et de croitre. Il a toujours utlilisé des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement et de la conservation des sols.

Il vend aujourd'hui ses pommes de terre de semence et de consommation à des marchés de l'Amérique de Nord qu'il a lui-même développés.  Autour de 1980, il a commencé à vendre ses pommes de terre de semence directement au marché cubain.

 

C'est un homme généreux et engagé, un visionnaire et un leader.

  • Il a été un membre actif de l'Association des expéditeurs de pommes de terre du Nouveau-Brunswick.
  • Il a été un membre actif de l'Association des expéditeurs de pommes de terre du Nouveau-Brunswick.
  • Il a été un membre actif de la Commission de commercialisation des produits de ferme.
  • Il est toujours prêt à appuyer de nouveaux concepts et des idées novatrices, par exemple « Pontatoes Canada » - l'Agence canadienne d'explortation de pommes de terre de semence - et le programme canadien "Paartenaires pour l'assurance de la qualité (C-PAQ).

Il a assisté aux rencontres du Conseil canadien de l'horticulture et participé aux activités.  Engagement communautaire:

  • Président de l'église luthérienne St. Peters (de nombreuses années)
  • Président du New Denmark Ski Lodge (dans ses premières années d'existence)
  • Membre du conseil des loisirs (de nombreuses années)
  • Président du New Denmark Comples (6 ans)
  • Président de la New Denmark Shippers Association (7 ans)
  • Membre du conseil de Pommes de terre Nouveau-Brunswick (une dizaine d'années)
  • Membre du conseil d'administration de la CBDC (depuis sa création)
  • Membre du Seniors Complex Committee de New Denmark.

Clair Hill

Clair Hill est né à Pontiac, au Michigan, le 24 août 1930, de feu Fred Hill et Annie Hill. Ses ancêtres, des Loyalistes, se sont installés dans le sud du Nouveau-Brunswick pendant la guerre de l’Indépendance. Son père est allé à Pontiac, au Michigan, pendant la ruée vers l’or et est revenu à Grand-Sault en 1934 pendant la dépression pour cultiver la terre.

M. Hill est diplômé de l’école secondaire de Grand-Sault. En 1947, il a commencé à cultiver une ferme mixte avec son père; par la suite, la pomme de terre est devenue leur culture commerciale. Dès la création de l’Association des producteurs de pommes de terre de semence du Nouveau-Brunswick, il a été désigné secrétaire-trésorier, poste qu’il a occupé pendant 22 ans. Il a aussi aidé à la gestion des activités de l’association et est intervenu dans de nombreux dossiers concernant l’industrie. Par ailleurs, il a représenté les producteurs de semences à de nombreuses réunions (provinciales et nationales) et a agi en tant que porte-parole de l’industrie. Il a entrepris beaucoup d’activités qui ont marqué l’industrie de la pomme de terre de semence du Nouveau-Brunswick.

Il avait l’ambition d’élever cette industrie provinciale au rang de productrice des pommes de terre de semence de la plus haute qualité du monde. Il s’est personnellement impliqué dans nombre d’enjeux qui ont accéléré le développement de l’industrie et qui ont établi le Nouveau-Brunswick en tant que leader mondial de la production de pommes de terre de semence. Au fil des années, ses interventions dans les activités et enjeux de l’industrie ont démontré la qualité de son leadership.

L’Association des producteurs de pommes de terre de semence du Nouveau-Brunswick a beaucoup accompli pour l’industrie sous son influence :

  • Gestion d’un programme de désinfection des entrepôts de pommes de terre
  • Essais de variétés de pommes de terre de semence
  • Loi sur l'éradication des maladies des pommes de terre
  • Liaison avec d’autres secteurs de la pomme de terre de semence au Canada et aux États-Unis
  • Obligation de soumettre à un test de dépistage de flétrissure bactérienne la production de pommes de terre non inscrite à l’inspection des semences
  • Séminaires éducatifs dans le domaine de la production de pommes de terre de semence
  • Mise en place d’une réglementation pour la gestion sécuritaire de l’élimination des rebuts
  • Règlement exigeant que toutes les pommes de terre plantées au Nouveau-Brunswick soient au moins de catégorie certifiée
  • Réglementation nationale favorable à l’essor de l’industrie de la pomme de terre de semence plutôt qu’à sa disparition.

Fonctions occupées :

  • Président du Comité pour la pomme de terre du Conseil canadien de l’horticulture
  • Membre de la Commission de l'assurance-récolte du Nouveau-Brunswick
  • Premier producteur et premier président du Seed Allocation Committee de Bon Accord
  • Membre fondateur du Comité consultatif sur l’agriculture de la Banque de Montréal (1981-1984)

Toujours disponible pour aider son prochain, M. Hill reconnaît l’importance de la collectivité en participant à de nombreux aspects de la vie communautaire. La religion a toujours tenu une place importante dans sa vie. Il est un diacre de sa paroisse depuis 47 ans, a enseigné la catéchèse le dimanche pendant 30 ans et a été membre de Gideons International in Canada pendant 41 ans.

Depuis qu’il a pris sa retraite, Clair et sa femme, Ruth, vivent à New Denmark. En plus de leurs activités religieuses et communautaires, ils trouvent du temps pour s’adonner à leur passion : le jardinage des fleurs et des légumes.

La reconnaissance de Clair Hill tient à ses nombreux accomplissements pour l’industrie de la pomme de terre de semence.

Donald Alcoe Young

Donald A. Young de Fredericton, Nouveau-Brunswick, a fait ses études au ‘Nova Scotia Agricultural College’, ‘Macdonald College’ et à l’Université du Wisconsin où il reçu un doctorat en ‘Génétique et Pathologie des plantes’. Le ‘Nova Scotia Agricultural College’/’Dalhousie University’ lui décerna un ‘Doctorat Honoraire en Droit’ en 1993.

En 1957, Don s’associe au Programme d’amélioration des pommes de terre à la Ferme de recherche de Fredericton. Dix ans plus tard il en devient le directeur. Au début des années 1960 il reconnait l’importance de la texture interne de la pomme de terre sur la qualité de la frite et il développe des méthodes de sélection pour identifier ces caractéristiques. La Shepody est la première variété à ressortir de ces recherches. Sa croissance hâtive et ses qualités à la transformation se sont prouvées plus efficaces pour les producteurs et les transformateurs. On la cultive considérablement au Canada et aux États-Unis, ainsi qu’en Grande Bretagne, au Pays-Bas, en France, en Australie et en Chine. Les droits reçus en Europe pour la variété, en vertu de la loi sur la protection des obtentions végétales, contribuent de façon significative au budget de recherche sur la pomme de terre d’Agriculture Canada. On a décerné à l’Équipe Shepody un certificat d’excellence en recherche et transfert de technologie d’Agriculture Canada en 1992. Il a vu au développement de la Caribe, une variété pour le marché de semence à l’étranger, et a initié le premier système au Canada de recherche sur ordinateur des données provenant du programme d’amélioration.

Le Dr Young a joué un grand rôle dans le développement rapide de l’infrastructure de la pomme de terre en Atlantique, dans les années 1960 et 1970. Il a été le premier président du comité atlantique de la pomme de terre, du comité de la région atlantique d’évaluation de la pomme de terre, du comité Nova Scotia Agricultural College (NSAC) – École Technique de Pomme de Terre Canada ainsi que du projet régional NE 107 d’évaluation de la pomme de terre dans le nord-est des États-Unis. Il a été également l’éditeur des trois premières publications du guide de production de la pomme de terre au Canada atlantique.

Pendant sa carrière il a travaillé dans 26 pays. Ceci inclus l’administration de grands projets avec le Centre International de la Pomme de Terre au Lima, Pérou, un projet de diversification des cultures avec l’ACDI au Bangladesh, et un projet de recherche sur la pomme de terre de semence au nord-est de la Chine.

Don a pris sa retraite d’Agriculture Canada en 1986 et s’est joint à McCain Foods comme consultant à temps partiel. Dans ce rôle il a participé à la création et la coordination de projets d’envergure mondiale sur la recherche et le développement de la pomme de terre, l’évaluation de sites potentiels pour des usines de transformation, et il a dirigé plusieurs études de recherche visant à rectifier des problèmes régionaux dans la production de pommes de terre.

Don est reconnu pour son travail de toute une vie et ses réalisations en recherche.

Paul Eugene Bubar

Né à Upper Brighton, au Nouveau-Brunswick, Paul Bubar fréquente l’école locale du village jusqu’à la fin de la huitième année. Il est diplômé de Carleton County Vocational School, à Woodstock, où il a suivi un programme de deux ans en agriculture. Lui et sa femme, Shirley Strong, ont quatre enfants : Ann, Archie, Andrew et Kevin.

Après avoir fait prospérer la ferme familiale, il s’associe avec son frère John à Upper Brighton. Au début des années 1950, il achète une ferme à Somerville et crée sa propre exploitation agricole.

Il est le fondateur de Paul E. Bubar & Sons Ltd., une entreprise qui cultive, emballe et expédie des pommes de terre de semence et de consommation et dont les activités s’étendent aujourd’hui à plusieurs autres domaines.

Paul innove en recherchant de nouvelles façons d’améliorer la production et le rendement. Il importe le premier lot de pommes de terres de semence Russet Norkotah dans le comté de Carleton et favorise activement les variétés à chair jaune au Nouveau-Brunswick. Paul modernise continuellement ses installations d’emballage de pommes de terre ainsi que ses procédés de vente et d’entreposage de produits chimiques agricoles afin de se conformer aux normes en matière d’environnement, de santé et de sécurité. Depuis des années, son engagement direct dans les activités et les enjeux de l’industrie de la pomme de terre sont révélateurs d’un grand leadership.

Pour Paul, l’engagement communautaire est crucial, comme l’indiquent les activités suivantes :
• Il a été un administrateur de l’Association des expéditeurs de pommes de terre du Nouveau-Brunswick
ainsi qu’on membre de longue date
• Membre actif de l’Association des producteurs de pommes de terre de semence du Nouveau-Brunswick
• Soutien actif de l’industrie de la pomme de terre au Nouveau-Brunswick par la commercialisation et la
promotion de variétés locales et de la vente et l’entreposage de produits chimiques agricoles destinés à cette culture et à d’autres
• Voyages visant à faire la promotion des pommes de terre du Nouveau-Brunswick un peu partout en Amérique du Nord, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, et collaboration pleine et entière à toutes les
activités d’expansion et d’information
• Toute sa vie a été consacrée au développement et à la promotion de l’industrie de la pomme de terre au
Nouveau-Brunswick
• Financement de l’expo-vente de printemps des producteurs de boeufs du comté de Carleton
• Obtention du titre « Monsieur Patate » de l’année au festival de la patate 1992 de Hartland

Paul adore chasser, pêcher et faire de la motoneige. Chrétien convaincu, il est très attaché à son église, à sa famille et à sa communauté. Il a participé à des événements communautaires spéciaux et n’hésite jamais à aider les personnes dans le besoin. L'hommage est rendu à Paul Bubar pour l’ensemble de ses réalisations et pour sa détermination à bonifier l’industrie de la pomme de terre.

Ronald Ray Piper

Né à Bath, au Nouveau-Brunswick, Ronald Piper est diplômé de Centreville High School en 1969. Il se lance immédiatement dans l’agriculture, une passion héritée de son grand-père. En 1975, il épouse Yolanda Whittaker, avec qui il a deux filles : Melody et Heidi.

Ronald était l’ancien copropriétaire de County Tractors and Mountain View Packers, à Florenceville, et de Canusa Foods, à Centreville.

Il était l’un des principaux porte-parole de l’industrie de la pomme de terre et un défenseur charismatique, toujours près à tendre une main secourable. Il établissait avec bonheur la liaison entre le gouvernement et les producteurs de pomme de terre et avait foi dans l’industrie de la pomme de terre au Nouveau-Brunswick. Il a toujours préconisé l’excellence en matière de marketing. Il était apprécié pour ses capacités à attirer l’attention du gouvernement provincial comme du gouvernement fédéral sur les besoins des producteurs de pommes de terre du Nouveau-Brunswick.

Ronald a démontré son efficacité au fil de mandats dans de nombreux conseils ou comités :
• Président de Pommes de terre Nouveau-Brunswick. Un nouveau plan stratégique a été élaboré au
début de son mandat dont il s’est assuré de la réalisation des buts et objectifs.
• Président du comité consultatif de recherche de l’industrie de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick
• Coprésident du comité « Bonnes méthodes de gestion » du comité pour la pomme de terre de
semence du Nouveau-Brunswick
• Représentant de l’industrie de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick au comité exécutif du
Conseil canadien de l’horticulture
• Membre du conseil d’administration du Conseil agricole du Nouveau-Brunswick
• Rôle crucial dans la création des Producteurs unis de pommes de terre du Canada
• Représentant au symposium consultatif du sommet de l’agriculture du Nouveau-Brunswick

L’objectif de Ronald était que les producteurs de pommes de terre vendent équitablement leurs récoltes. Il croyait fermement que l’excès de culture en marché ouvert nuisait à la rentabilité. Toujours tourné vers l’avenir, il encourageait fortement l’engagement des jeunes dans l’agriculture et l’adoption des méthodes de gestion nouvelles ou améliorées ainsi que la lutte pour obtenir le financement permettant de les réaliser. Il croyait que l’industrie de la pomme de terre était essentielle à la région et à la province et travaillait sans relâche pour la rendre viable.

Sa dernière décision en faveur de l’innovation a été de s’associer à Technico Technologies Inc., de Hoyt au Nouveau-Brunswick, en tant que directeur de marketing, un défi qu'il a adoré.

Il était connu et respecté des producteurs de pomme de terre, des agriculteurs en général, du gouvernement et des divers intervenants de l’industrie au Canada comme aux États-Unis. Il était un grand agronome, oeuvrant sans cesse pour l’amélioration du monde agricole.

Entre autres loisirs, Ronald collectionnait et réparait d’anciens tracteurs Massey Harris. Fidèle à la religion et à sa famille, Ronald a consacré sa vie à servir Jésus-Christ, son Seigneur et Sauveur et la communauté chrétienne de la région dans son ensemble.

Lionel Poitras

M. Lionel Poitras a grandi sur une exploitation agricole mixte de Saint-André, où il vit toujours de l'agriculture. Après des études à l'école de Saint-André, il a obtenu le diplôme de deux ans en agriculture de l'Université Saint-Louis, d'Edmundston.

à 27 ans, il achète la ferme familiale de 180 acres, soit 120 acres consacrés à la culture de la pomme de terre et le reste au bétail. Dès le début, il décide de participer à tous les volets de l'industrie de la pomme de terre, y compris la culture des pommes de terre de semence devant être exportées par la Pirie Potato Company. Peu après, suite à l'émergence de l'industrie de la transformation de la pomme de terre, il se départit du bétail pour se spécialiser dans la culture de la pomme de terre destinée au conditionnement.

En 1962, il épouse Lucille Dubé (une institutrice), et ensemble, ils élèvent leurs six enfants, tous diplômés universitaires. En 1998, M. Poitras et son fils Alyre forment l'entreprise « Les Fermes Lionel et Alyre Poitras Ltée ». Le 27 juillet 2000, il perd une jambe dans un accident de ferme. Son autre fils, André, vient alors travailler à temps plein à la ferme avec Alyre. Aujourd'hui, l'entreprise possède 575 acres de terre, 300 servant à la culture de la pomme de terre, outre des cultures d'assolement.

Toujours à l'avant-garde et déterminé à faire sa marque, il assume très tôt dans sa carrière des rôles de leadership dans le secteur agricole et la collectivité dans son ensemble.

Véritable gardien de la terre, M. Poitras a toujours manifesté un vif intérêt pour la durabilité environnementale. C'est pourquoi il a travaillé sans relâche avec Agriculture et Agroalimentaire Canada, le Centre de conservation des sols et de l'eau de l'Est du Canada et les autres intervenants dans le projet du bassin hydrographique du ruisseau Black. Plus récemment, il a été un producteur partenaire de l'évaluation des pratiques de gestion bénéfiques à l'échelle du bassin hydrographique du ruisseau Black. Pour tenter de limiter le ruissellement et de freiner l'érosion des sols, il a construit 660 mètres de terrasses de diversion et 750 mètres de voies d'eau gazonnées et empierrées sur sa ferme.

Parmi les contributions importantes de M. Lionel Poitras à l'industrie agricole et à la col- lectivité, on compte les suivantes :
1975 - 1980 • Président de la North West Potato Agency (maintenant l'Agence de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick)
1981 - 1992 • Administrateur et coprésident de l'Agence de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick

1956 - 1959 • Membre et président de l'Association de la protection civile
1959 - 1991 • Pompier bénévole de Saint-André
1967 - 1980 • Conseiller du village de Saint-André
1957 - 1977 • Administrateur, conseil scolaire
1983 - 1992 & 2001 - 2006 • Maire du village de Saint-André
1998 - 2009 • Administrateur de la Caisse Populaire de Saint-André, Les Chutes et la Vallée Ltée
2001 - 2003 • Administrateur, Commission industrielle de Grand-Sault
2001 - Présent • Administrateur, COGERNO
2001 - Présent • Président des Habitations sociales de Saint-André de Madawaska Inc.
2001 - Présent • Président de la Villa de Saint-André
2004 - Présent • Administrateur de l'Association francophone des municipalités du N.-B. et représentant de la région de Madawaska-Victoria
2006 - Présent • Maire de la première communauté rurale au Nouveau-Brunswick, la Communauté rurale de Saint-André

G. Melvin Barclay

M. Melvin Barclay, d'Upper Kintore, a fait ses études secondaires à la Perth High School (1949). Il a ensuite fréquenté l'école normale du Nouveau-Brunswick (diplômé en 1951), puis le Collège d'agriculture de la Nouvelle-Écosse (études menant à un diplôme avec distinction en 1961). Il a obtenu un B. Sc. (Agr) avec distinction de l'Université McGill en 1964 et une M.S.Ag (maîtrise en agriculture avec grande distinction) de l'Université du Maine en 1972.

Il a enseigné pendant dix ans avant d'entrer au ministère de l'Agriculture du Nouveau-Brunswick, où il a connu une carrière exceptionnelle. Il a été nommé directeur du Centre de pommes de terre de semence élite de Bon Accord en 1971. Pendant son mandat, le Centre a agrandi sa superficie et ses installations, et rehaussé la quantité et la qualité des pommes de terre de semence produites. Au cours des 21 années qu'il a passées au Centre, il a reçu des délégations et des visiteurs de quelque 51 pays. Il ne fait aucun doute que M. Barclay est reconnu comme un « moteur » du développement de l'industrie de la pomme de terre de semence au Nouveau-Brunswick et qu'il a contribué à jeter les bases de nombreuses exploitations agricoles prospères.

Agronome de district du comté de Victoria de 1986 à 1996, année où ila pris sa retraite, il a établi de nouvelles normes et fait preuve d'un dévouement et d'une innovation inégalés pour ce qui est de l'élaboration et de la diffusion d'information et de conseils techniques auprès des agriculteurs. Parmi ses nombreux écrits publiés, ce sont les six éditions de « Potato Varieties in Canada », un ouvrage toujours en demande et largement utilisé partout au pays et dans le monde, qui l'ont fait le mieux connaître. Il a toujours la réputation d'être « le spécialiste de la pomme de terre le plus érudit au Nouveau-Brunswick».

Il a servi de modèle à de nombreux étudiants et jeunes agronomes, et tous ceux qui l'ont fréquenté le tiennent en haute estime.

Sa carrière exemplaire d'agronome professionnel dans le secteur agricole, surtout dans le domaine de la pomme de terre, lui a valu de nombreux prix et distinctions :

« Fellow de l'Institut agricole du Canada »

la plus haute distinction de cette association; « Prix du service émérite à l'agriculture du Nouveau-Brunswick », décerné par l'Institut des agronomes du Nouveau-Brunswick, et le « Prix James Robb », la distinction la plus élevée conférée par la Fédération d'agriculture du Nouveau-Brunswick.

En outre, cet agronome distingué est très présent dans la collectivité, notamment au sein de son église et du Musée de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick/Le Monde de la pomme de terre.

Retraité, M. Barclay se tient à jour sur le plan professionnel : il est abonné à tous les principaux magazines et journaux scientifiques traitant de la pomme de terre, et ajoute régulièrement de nou- veaux titres portant sur l'agriculture à sa bibliothèque déjà bien garnie.

Reginald Deveber Gilbert

Fils de feu Thomas W. Gilbert et feue Margaret E. Gilbert, Reginald Gilbert est né le 8 juillet 1913 à Gagetown, dans le comté de Queens au Nouveau-Brunswick. Ses ancêtres faisaient partie des loyalistes qui se sont installés au Canada dans les années 1700. Il a grandi dans la ferme familiale de 300 acres avec ses deux frères. Il avait 12 ans quand son père est décédé; pendant la grande dépression, lui et ses frères ont alors continué à cultiver les pommes de terre, entre autres.

M. Gilbert a obtenu un diplôme du Collège d'agriculture de la Nouvelle-Écosse en 1933, puis un baccalauréat ès sciences agricoles du Collège MacDonald de l'Université McGill en 1935. Cette année-là, il a travaillé à la Station de recherche agricole du Canada, à Fredericton, avant de se joindre au ministère de l'Agriculture du Nouveau- Brunswick en 1936.

Il a été sous-ministre de l'Agriculture de 1957 à 1973. À ce titre et en tant que président de la Commission de commercialisation des produits de ferme, son intérêt pour l'industrie de la pomme de terre a été grandement stimulé par le rôle qu'il a joué dans les programmes du gouvernement du Nouveau-Brunswick destinés à cette industrie.

M. Gilbert a contribué de façon exceptionnelle à l'industrie de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick. Il a joué un rôle clé dans l'obtention de millions de dollars du fonds fédéral de stabilisation pour cette l'industrie et de soutien gouvernemental financier et technique pour le développement de l'industrie de transformation de la pomme de terre dans la province.

M. Gilbert a fait preuve d'un leadership et d'une vision remarquables dans l'élaboration des lois et des programmes financiers gouvernementaux pour aider l'industrie de la pomme de terre. Cet engagement lui a valu plusieurs honneurs :

  • Intronisation au Temple canadien de la renommée agricole, Toronto, 1984
  • Intronisation au Temple de la renommée agricole des provinces atlantiques, 1982
  • Médaille du vingt-cinquième anniversaire de la Reine, 1977
  • Membre de l'Institut agricole du Canada, 1976
  • Médaille du Centenaire, 1967

Ses contributions innovatrices sont nombreuses. En voici un aperçu :

  • Il a joué un rôle prépondérant dans l'obtention de soutien gouvernemental financier et technique pour la création et l'exploitation de la ferme semencière Bonaccord
  • Il a été l'un des organisateurs de la première réunion fédérale-provincialeterritoriale annuelle des ministres et sous-ministres de l'Agriculture en 1950
  • Il soutient le Monde de la pomme de terre depuis ses débuts

Sachant à quel point il était important que l'industrie de la pomme de terre et les gouvernements se concertent pour résoudre les problèmes de marketing et de production, M. Gilbert a toujours été disposé à rencontrer personnellement les fermiers et diverses associations pour discuter de la manière d'améliorer et d?augmenter les services offerts par les gouvernements dans la région de culture de la pomme de terre. Homme d'affaires déterminé et généreux, qui éprouve un attachement profond pour les Néo-Brunswickois et le Nouveau-Brunswick.

Joseph Toner

Fils de feu Thomas Toner et de feue Marjorie (Savage) Toner, Joseph Toner est né le 13 février 1921 à Grand Sault, au Nouveau Brunswick. Il a grandi sur la ferme familiale située à Grand Falls Portage, avec sa soeur, feue Emily Toner-Barrett, et ses deux frères, feu le révérend Arnold Toner et Francis Toner. Joe a épousé Kathleen (Kay) Cummins, de son nom de jeune fille, originaire de Johnville, au Nouveau-Brunswick. Ils ont eu six fils et une fille.

Après avoir obtenu son diplôme de l'école secondaire de Grand-Sault, Joe a commencé à travailler avec son père et son frère, cultivant, empaquetant et expédiant des pommes de terre de semence et de consommation.

Joe s'est occupé de l'approvisionnement des marchés canadiens du Québec et de l'Ontario et de l'expédition sur les marchés des États-Unis, en particulier ceux de la côte est. Il a aussi participé à la promotion des pommes de terre de semence et de consommation du Nouveau-Brunswick, et à leur exportation vers les marchés étrangers de l'Argentine, l'Algérie, Cuba, la République dominicaine, Trinidad et l'Uruguay.

Il a toujours cherché à améliorer les divers aspects de la production, de l'expédition et de la satisfaction de la clientèle. Il se montrait réceptif aux techniques et aux procédés susceptibles de perfectionner la production, la manutention et le processus de livraison des pommes de terre. En tant que fondateur, cofondateur et propriétaire de plusieurs entreprises néo-brunswickoises, Joe croyait à l'industrie de la pomme de terre et l'a prouvé en investissant temps, énergie et capital dans sa croissance.

En plus de donner du travail à beaucoup de gens de la région, Joe se distingue par son engagement communautaire, appuyant une foule d'activités, de projets et d'organismes de bienfaisance. De plus, il a siégé en tant que conseiller au sein des organisations suivantes :

  • Conseil de développement régional
  • Association des exportateurs de pommes de terre du Nouveau-Brunswick
  • Pommes de terre Canada

Joe a partagé son enthousiasme pour l'industrie de la pomme de terre et ses entreprises dans le domaine avec ses fils; ils poursuivent aujourd'hui certaines de ses initiatives. Que ce soit en tant que chef de famille, bénévole ou entrepreneur, Joe a influencé positivement l'industrie de la pomme de terre et a contribué à la vitalité de l'économie et à la stabilité de la province.

Ivan Savage

Ivan Savage est né en 1929 à Edmundston, au Nouveau-Brunswick; il est le fils d'Alma Toner et de Herman Savage. En 1937, la famille a déménagé à Grand Falls Portage où son père a établi sa ferme.

En 1950, Ivan Savage a obtenu un baccalauréat du St. Thomas College de Chatham, puis il est revenu travailler à la ferme familiale.

En 1952, à l'âge de 23 ans, il a commencé à acheter et à vendre des pommes de terre sous le nom de H. J. Savage & Son, dénomination sociale qu'il a toujours utilisée jusqu'à sa retraite en 2005. Il s'est toujours intéressé à la production agricole commerciale et a cultivé jusqu'à 500 acres de pommes de terre et de grains par année. Au fil des ans, il a exporté des pommes de terre aux États-Unis, en Argentine, en Uruguay, en Jamaïque, au Panama, en Algérie, en Grèce, à Puerto Rico et à Cuba. Les pommes de terre étaient expédiées en caisses, en barils et en sacs.

M. Savage a épousé Rebecca Gillespie en 1955. Ils ont acheté la ferme familiale qu'ils ont habitée pendant 50 ans, en compagnie de leurs quatre enfants, David, Joe, Anne et Mary, qui leur ont donné 17 petits-enfants et jusqu'à présent, sept arrière-petits-enfants qui ont tous moins de quatre ans.

M. Savage a été membre du conseil scolaire de Grand-Sault et, de 1968 à 1972, il a fait partie de l'Office d'indemnisation foncière du Nouveau-Brunswick. Il a été membre fondateur du Manoir de Grand-Sault qu'il a par la suite présidé. Il a aussi présidé la New Brunswick Potato Shippers Association.

En 1955, il est devenu directeur de Toner Bros. Ltd., et il est aujourd'hui président de cette entreprise. En 1979, il a eu l'occasion d'acheter une usine de fertilisants et, puisque ses fils s'intéressaient à la production agricole, il a relevé le défi de la direction de Grand Falls Agromart pendant 20 ans avant de la vendre à son fils Joe en 2000.

M. Savage est un homme généreux qui aime relever des défis. Il est un homme d'affaires respecté et déterminé et s'intéresse sincèrement à la pomme de terre. Il est un travailleur acharné toujours prêt à aider son entourage. Il s'intéresse à la collectivité et à la province entière.

M. Savage mérite amplement sa place au Potato Hall of Recognition (Temple de la reconnaissance de la pomme de terre) du Monde de la pomme de terre et du Musée de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick.

Byron McGrath

Byron McGrath est né en 1954 à Bath, au Nouveau-Brunswick; il est le fils de Ruth Lawrence et de Bert McGrath. Il a obtenu son diplôme d'études secondaires à l'école Centreville High School en 1972 et a travaillé à l'extérieur pendant quelques années. Il est revenu à la ferme familiale où il a entrepris la culture des pommes de terre en 1976. De 22 acres à l'origine, l'entreprise B. McGrath & Sons Ltd. s'est étendue à 500 acres de pommes de terre de semence et de pommes de terre de table, et à 500 acres de céréales. M. McGrath est marié et père de sept enfants.

En 1983, en partenariat avec Ronald Piper, M. McGrath a fondé Mountain View Packers Ltd. L'installation d'emballage de pommes de terre a démarré à Knoxford (N.-B.) et a été déplacée à Florenceville en 1987 dans des locaux plus spacieux afin de répondre à la demande croissante.

En 1988, County Tractors & Machinery Ltd., un concessionnaire de machinerie agricole Case IH, a été établi à Florenceville. M. McGrath est devenu le propriétaire unique de toutes ces entreprises en 1996, et un nouveau concessionnaire de construction Case IH, Maritime Case Ltd., a été établi en 2006 à Fredericton (N.-B.).

M. McGrath contribue généreusement à la collectivité et aux oeuvres de bienfaisance. Des bourses d'études sont notamment accordées chaque année aux diplômés de l'école secondaire Carleton North High School.

Un prix d'excellence en affaires lui a été remis en 2007 par Entreprise Région Carleton.

M. McGrath est actuellement directeur de la New Brunswick Potato Shippers Association. C'est un homme d'affaires déterminé et créateur qui se préoccupe de la stabilité et de la croissance économique de l'agriculture au Nouveau-Brunswick et qui cherche constamment des façons d'inclure les jeunes et de susciter leur intérêt.

Son engagement à l'égard de l'industrie de la pomme de terre est clair lorsque l'on constate que Mountain View Packers Ltd. est devenu l'une des entreprises les plus florissantes du Nouveau-Brunswick en matière de culture de pommes de terre et en ce qui a trait à leur exportation sur la côte Est des États-Unis et à leur expédition au Québec et dans la province.

Gilbert & Marcel Michaud

Gilbert Michaud est né en 1943 à St-André, Nouveau-Brunswick; il est le fils de Narcisse Michaud et Adelia Vaillancourt qui ont huit enfants et, eux-mêmes, issus de fermes familiales. À 16 ans, Gilbert travaille sur la ferme avec son père; il réussit avec succès le cours de technicien agricole de l'École d'agriculture de St-Basile pour retourner travailler sur la ferme avec son père. En 1963, Gilbert marie Anne Leclerc qui est une collaboratrice précieuse dans son travail autant que dans la vie. Ils ont 4 enfants: Gilberte, Marcel, Lise et Lisette, les jumelles.

Bientôt Gilbert prend contrôle de la gestion de la ferme mixte de son père et sa mère, il se débarrasse des animaux et se spécialise dans la production de pommes de terre. Il commence à signer des contrats avec McCain dans les années 60, lorsque Harrison McCain lui-même faisait signer les contrats de ferme en ferme. En 1979, ils gagnent le «Champion McCain Top Ten Potato Grower Award» et durant les années subséquentes, ils ont été parmi les «Top Ten potatogrowers». Par la suite, il se dirigera vers le marché de la pomme de terre de table.

Gilbert Michaud est reconnu comme un entrepreneur et un visionnaire. Il produisait à ce moment 275 acres de pommes de terre de transformation et 1000 acres de céréales.

Le garçon de Gilbert et Anne, Marcel, né en 1967, est très intéressé dans la production de pommes de terre. Il reçoit son baccalauréat en bio-agronomie de l'université Laval à Québec en 1991, comme son épouse Louise. Ils ont 3 enfants; Julie, Catherine et Isabelle. En tant que 5e génération d'agriculteurs, ils reviennent sur la ferme familiale où Marcel commence à travailler et Louise enseigne au Collège d'agriculture à Grand-Sault. Après dix ans, elle commence à travailler à temps plein sur la ferme. Marcel et Louise sont tous deux concernés par l'intérêt que leurs enfants portent à l'agriculture.

En 1995, Marcel achète la ferme d'un voisin avec laquelle ils peuvent améliorer la rotation des cultures à une année sur trois de pommes de terre. En 1996, ils décident de diversifier leurs marchés et leurs clients en investissant dans des équipements de classage, lavage et emballage de pommes de terre. Ils saisissent le potentiel du marché de la table en investissant dans un calibreur électronique et emballeuse pour sacs de plastique et papier. Pour obtenir une solide base de contrôle de qualité, la ferme a atteint les normes suivantes: C-PIQ de ACIA (2004), C-TPAT du US Custom and Border Protection (2005), FDA register facility (2006), SQF code 2000, Level 3 du Guelph Food Technology Center (2010).

Marcel est membre du conseil d'administration de Pommes de terre NB, l'Association des expéditeurs du NB et du conseil d'administration de Entreprise Grand-Sault et le président depuis 2010.

Aujourd'hui, la récolte entière de 400 acres de pommes de terre est lavée, classée et emballée à la ferme aussi bien qu'un autre 400 acres provenant des fermes de la région; ce qui représente une production annuelle de 25 millions de livres de produits finis par année. Vingt-et-une personnes sont à l'emploi de la ferme. Les Fermes GAM Michaud Farms ont développé de bonnes relations d'affaire avec des intervenants clé dans l'industrie de la pomme de terre et sont fiers d'être un fournisseur de Sobeys Group depuis 2004. Ils distribuent leurs produits au Centre du Canada, ainsi qu'aux Côte Est et Sud Est des États-Unis. Gilbert et Marcel ont tous deux démontrés qu'ils méritent de figurer au New Brunswick Potato Museum Potato Hall of Recognition.

Jock Fraser

Jock Fraser est né à Contin, en Écosse, a étudié à l'Invergordon Academy et, en 1927, à l'âge de 15 ans, il a émigré au Canada avec sa famille au coût de quatre livres sterling. La Commission de l'établissement des soldats sur les fermes était responsable de la ferme de 100 acres située à Greenfield, laquelle était en grande partie recouverte de forêts et mal drainée. La première année, ils ont cultivé six acres de pommes de terre, 20 acres d'avoine et d'autres cultures, en plus d'élever des vaches, des porcs et des poules.

Jock avait quatre frères et sours et il travaillait à la ferme avec son père. Il épousera plus tard Dorothy Kilpatrick; de cette union naîtront deux enfants et plus tard, six petits enfants. Leur fille Sheila, diplômée de l'Université Mount Allison, mariera Paul Dean, un technologue en alimentation, et ils vivront à Wicklow. Leur fils Harry, diplômé de l'UNB, épousera Janet Wilson et ils déménageront à l'@Île-du-Prince-Édouard où Harry travaillera pour son père; plus tard, il publiera un bulletin intitulé Fraser's Potato Newsletter. Ce bulletin présentait des nouvelles importantes relatives à l'industrie de la pomme de terre. Ce bulletin sera distribué partout dans le monde pendant environ 37 années.

En 1941, Jock et sa famille déménagent à Jacksonville où ils cultiveront par la suite 400 acres de pommes de terre. Jock avait construit quatre gros entrepôts et créé une entreprise de camionnage du nom de Highland Transport. Il a cultivé, emballé et expédié, pendant des années, des pommes de terre par train et par camion sous le nom de Highland Brand Potatoes. En 1960, il a acheté une terre à l'Île-du-Prince-Édouard pour étendre son entreprise de production de pommes de terre. Il a consacré toute sa vie active au domaine de la pomme de terre.

Jock a aussi été président de conseils scolaires, membre fondateur de la Carleton County Historical Society (société d'histoire du comté de Carleton), en plus d'avoir été élu sous la bannière libérale à l'Assemblée législative en 1948, où il a siégé pendant quatre ans. En plus de son importante entreprise de pommes de terre, il a été mieux connu comme directeur de la Commission d'énergie électrique du Nouveau-Brunswick où son travail a permis d'améliorer l'infrastructure électrique dans le comté de Carleton de façon à mieux desservir les collectivités agricoles et ses collègues producteurs. Parallèlement à son amour pour les pommes de terre, pour son entreprise et pour la politique, il adorait les courses de chevaux et il a participé à des courses dans les Maritimes et dans le Maine.

Jock était un travailleur acharné, honnête et bien connu partout dans les Maritimes et le Maine. Son esprit vif et son équité lui ont valu le respect des agriculteurs. Il était apprécié de tous et ami de tous, et il possédait, à n'en pas douter, la personnalité et le sens des affaires pour être entrepreneur. Il était un exemple pour tous. Jock était un pionnier de la pomme de terre et il mérite amplement l'honneur de faire partie du Temple de la reconnaissance de la pomme de terre du Musée de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick.

Gary Foster

Gary Foster, fils de Sadie (Oakes) et de Timothy Foster, nait à Bath, N.-B., le 8 novembre 1945. Il est le plus jeune d’une fratrie de 5 enfants (trois soeurs : Ann, Marie, Leota et un frère Leonald). A la fin des années 40, ses parents exploitent une ferme mixte comprenant bétail, culture de céréales et 8 acres de pommes de terre.

Diplômé du Bath High School en 1965, Gary prend en charge la ferme familiale à Moose Mountain. Des 8 acres de terre, Gary réussit à agrandir sa ferme et possède aujourd’hui 825 acres dont 400 acres sont dédiées à la culture de la pomme de terre et le reste aux céréales.

Gary épouse Dorothy Kilfoil en 1967, de leur union naissent trois enfants: Allison, la regrettée Nola et Kelly. Gary et Dorothy sont les grands-parents d’un petit-fils Foster et de deux petites-filles Drew and Bree Hallett. En plus de s’occuper de la ferme, Gary a travaillé pour NB Tel à Woodstock comme installateur de lignes et à sa retraite 34 ans plus tard, était le directeur du département de génie.

Gary produit des pommes de terre pour McCain depuis 1965. Il s’est impliqué dans plusieurs conseils d’administration et comités pour l’amélioration du secteur de la pomme de terre.

Gary a été le représentant élu du District 3 au sein du Conseil d’administration de Pommes de terre Nouveau-Brunswick de 1998 à 2003, puis durant une période en 2007, ensuite de 2008 à 2009 et a siégé dans de nombreux comités jusqu’en 2011. Il a été trésorier de 1998 à 2000, vice-président en 2001 et président de Pommes de terre Nouveau-Brunswick en 2002 et 2003.

Gary a présidé le Comité de négociation du secteur de transformation de 1998 à 2008. Il a dirige les négociations avec McCain Foods, Cavendish Farms, Michel St-Arneault Inc. et les Aliments Baril Inc. Gary a oeuvré au sein du Comité de protection du revenu agricole du Conseil horticole canadien ainsi qu’au sein du Comité d’appel du Programme canadien de stabilisation du revenu agricole.</p> <p>Gary a aidé à l’établissement du service téléphonique de recrutement et de placement pour la récolte des pommes de terre. Il était aussi membre du comité directeur sur l’Étude en vue d’une meilleure commercialisation de la pomme de terre.

Gary a participé à plusieurs négociations avec les gouvernements fédéral et provincial avec pour but d’améliorer les programmes aux fermiers. Il a toujours cru qu’en coopérant ensemble, les producteurs améliorent leurs entreprises respectives.

Impliqué dans sa communauté, Gary a toujours offert son soutien à plusieurs causes et organisations charitables. Il s’identifie, aussi, aux fermiers qui lui demandent souvent conseil.

Gary Foster mérite amplement d’appartenir au Panthéon du Musée de la pomme de terre du Nouveau- Brunswick.

 

Mogens “Moose” Givskud

Mogens Givskud est né à Drummond, N.-B., le 4 juillet 1936. Il est le plus jeune des cinq enfants de Hans et Elizabeth. Ses parents ont immigré d’Uldum et Naestved, Danemark, à la fin des années 1920. Mogens a commencé à travailler la terre très tôt. Ayant quitté l’école après sa septième année de formation, il a travaillé auprès de son père dans l’élevage de bétail et dans la production de pommes de terre de semence et de céréales. En 1964, il épouse Victorine Violette et ensemble, ils élèvent leurs deux enfants, Michael et Mia. Mogens a acheté la ferme familiale de son père en 1964. Rapidement, il met l’accent sur la culture de pommes de terre de semence et de céréales. En plus d’agrandir continuellement son territoire, il développe de fortes relations d’affaires avec ses clients. Aujourd’hui, près de 925 acres de pomme de terre sont cultivés sur la ferme familiale.

Créée en 1981, la compagnie Mogens Givskud Ltée. commercialise la production de la ferme familiale et gère l’achat de pommes de terre de certains producteurs afin de répondre à la demande des clients. Au fil des ans, les pommes de terre ont été exportées vers plusieurs pays tels que l’Argentine, Cuba, la République Dominicaine, le Guatemala, la Guyane, la Russie, l’Uruguay, les États-Unis et à travers l’est du Canada jusqu’en Ontario. En 1986, Mogens et ses trois voisins agriculteurs : Carmel Beaulieu, Léopold Desjardins et Gilles Desjardins forment « Salmon River Seed Farm Ltd », une compagnie destinée à l’exportation de la pomme de terre vers Cuba. À son apogée, 110 000 sacs de cinquante kilogrammes ont été exportés en une seule saison. Avec cette entreprise, comme avec les autres, Mogens a développé des relations solides avec ses clients. Il se référait à eux comme de bons amis. Il est depuis 1984 fournisseur de pommes de terre de semence pour Hostess Frito Lay.

1983 - Mogens reçoit le prix « NB Soil and Crop Farmer of the Year »

1993 - Ferme Givskud Farm Inc, reçoit le prix « Excellence en affaires »

1996 – Ferme Givskud Farm obtient le prix “Excellence marketing”

Mogens a partagé sa passion et sa vision avec l’industrie de la pomme de terre. Il a joué un rôle important dans l’élaboration des procédures du contrôle de l’érosion des sols dans les années soixante-dix. Une application qui n’était pas considérée comme importante dans ces années s’avère maintenant essentielle dans la pratique de conservation du sol et des cultures. Il a été membre de la Corporation des exportateurs de pommes de terre de semence du Nouveau-Brunswick, membre de l’Association des expéditeurs de pommes de terre du N.-B. et membre du Bureau d’examen de l'endettement agricole.

La ferme familiale est maintenant gérée par son fils Michael, par contre, la présence de Mogens est quotidienne au bureau. Il est étonné de voir la façon dont l’industrie de la pomme de terre a évolué et il se souvient bien de ses humbles débuts, c’est-à-dire de charger des wagons de chemin de fer avec un sac de patates sur l’épaule.

Moose, comme beaucoup le connaissent, est un homme calme et gentil. L’expression « Gentleman farmer » pourrait très bien le décrire. Il pensait toujours à ses voisins et collègues agriculteurs, toujours prêt à les aider. Sa détermination, ses années de travail acharnées et sa passion du métier font de lui l’homme d’affaires qu’il est et l’héritage qu’il laisse pour les générations à venir.

 

David C. Frost

David C. Frost est né en 1940 à Farmington, dans l’État du Maine. Il a reçu son diplôme d’études secondaires en 1958 à la Wilton Academy, dans la ville de Wilton, au Maine. En 1963, l’Université du Maine à Orono lui a remis un baccalauréat en sciences agricoles, ainsi qu’un certificat d’enseignement de catégorie A. Excellent étudiant, il reçoit de la même université une maîtrise ès sciences en agronomie en 1965. Sa thèse était intitulée Studies Concerning the Retention of Organic Materials by Clay Minerals (Études concernant la conservation de matières organiques par les minéraux argileux). Au cours de ses études, il a été adjoint à la recherche et à l’enseignement dans le domaine des petites céréales et à la recherche sur les variétés et la fertilité des fourrages. Il a également enseigné la chimie et la physique des sols, le désherbage chimique, la radiobiologie et les statistiques obtenues par étude expérimentale.

De 1965 à 1968, il a été adjoint à la recherche à Agriculture Canada, à Fredericton. Il y a effectué des recherches sur la fertilité des pommes de terre et la chimie des sols en champ et en laboratoire. De 1968 à 1977, il a travaillé à titre d’agronome chez Nutrite Fertilizers, à Saint John et à Presque Isle, au Maine. Il s’y est spécialisé dans les formules d’engrais, les analyses du sol, les recommandations liées à la chaux et aux engrais et les relations entre les producteurs et l’entreprise. Il en a également profité pour organiser de nombreux colloques.

Toujours animé d’un esprit entrepreneurial, il a, de 1977 à 1986, oeuvré à titre de directeur des services aux champs de l’usine de McCain Foods située à Florenceville. Il y a assuré l’approvisionnement en matières premières (pommes de terre, pois, brocolis, choux-fleurs et choux de Bruxelles), mené les négociations de contrats avec les associations de producteurs et les producteurs individuels, assuré les relations avec les producteurs, organisé des colloques, rédigé des bulletins, coordonné les résultats des recherches de McCain Foods et les recommandations aux producteurs. De plus, il y a mis en oeuvre des subventions incitatives portant sur la construction d’installations d’entreposage des pommes de terre et les essais de recherche, et donné des conseils en la matière.

Au cours des 25 dernières années de sa carrière, il a été conseiller agricole spécialisé dans la production et la gestion de l’entreposage de la pomme de terre. Ce travail a exigé qu’il mène des analyses exhaustives des sols et des tissus végétaux et qu’il formule des recommandations sur l’utilisation des engrais, de la chaux, ainsi que sur la culture et l’entreposage des pommes de terre.

Durant sa carrière, M. Frost a été considéré comme l’un des conseillers les plus expérimentés du Canada atlantique, et même de l’Amérique du Nord, en matière d’engrais de pommes de terre. De nombreux producteurs se sont fiés à ses conseils et ont cultivé avec succès leurs pommes de terre et leurs cultures d’assolement. Il a participé activement à de nombreux comités sectoriels et a occupé plusieurs fonctions liées à la recherche sur la pomme de terre. Il a été un chef de file de la formulation de recommandations sur les engrais de la pomme de terre, et un visionnaire dont les conseils étaient très recherchés.

Pour rendre hommage de façon durable à David C. Frost et à sa contribution à l’industrie agricole, l’Union nationale des fermiers a créé une bourse annuelle qui porte son nom. Elle sera remise à un étudiant méritant du domaine agricole inscrit dans une université ou un collège reconnu.

 


L’honorable Frederick William Pirie Sr et Frederick William Pirie Jr

L’honorable Frederick William Pirie Sr est né le 1er février 1893 à Red Rapids, au Nouveau-Brunswick, et est décédé le 3 octobre 1956. Il était le petit-fils de William Pirie Sr et de son épouse, Margaret Scott, qui ont tous deux quitté Aberdeen, en Écosse, en 1874, pour s’établir à Kincardine, au N.-B., et ensuite déménager à Grand-Sault, au N.-B. De plus, Frederick Pirie Sr était le fils de William Pirie Jr et de Phoebe (Jane) Roberts. Époux d’Adeline Clark de Limestone, au Maine, il a été éduqué dans les écoles publiques de Grand-Sault et à l’Université Mount Allison à Sackville, au N.-B.

Fred, comme on l’appelait, était une personne pleine d’entrain et d’énergie, toujours prête à s’attaquer à de nouveaux défis. Il a possédé et exploité plusieurs entreprises, notamment :

  • une grande exploitation agricole qui, à un certain moment au milieu des années 1950, l’a amené à cultiver plus de 2 000 acres de pommes de terre;
  • une usine de bois de sciage, de barils et de tonneaux où l’on assemblait les barils et les cageots de pommes de terre;
  • une usine de fabrication d’amidon, de déshydratation et de chips;
  • une franchise de la Compagnie pétrolière impériale;
  • une serre utilisée pour le développement de pommes de terre exemptes de maladies et la création de nouvelles variétés, qui était plutôt novatrice à l’époque;
  • une concession d’automobiles à Grand-Sault et à Saint John;
  • un commerce d’engrais;
  • un commerce de matériaux de construction.

Il a eu une grande influence sur l’industrie de la pomme de terre notamment en ouvrant le marché cubain et en exportant une importante quantité de pommes de terre en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Dans un article rédigé dans l’Evening Times-Globe le 30 septembre 1953, il a été désigné comme « le plus grand producteur, expéditeur et exportateur de pommes de terre saines et exemptes de maladies destinées à la plantation ». Le même article signalait qu’il employait « au moins 1000 travailleurs ».En plus de s’impliquer activement au sein de ses propres entreprises, il a été directeur de nombreuses autres compagnies.

La politique a joué un rôle important dans sa vie, car il a agi à titre de conseiller municipal durant un certain nombre d’années et ensuite en tant que maire pendant trois ans. De 1930 à 1945, il a été élu député provincial pour le comté de Victoria et a servi, de 1935 à 1945, comme ministre des Terres et des Mines au sein des gouvernements Dysart et McNair. En 1941, Fred Pirie s’est vu décerner un doctorat honorifique en droit de l’Université Mount Allison et, en 1945, il a été nommé au Sénat. Afin de composer avec son horaire chargé, il était connu pour toujours avoir un avion à proximité, qu’il utilisait pour se déplacer à ses propres frais entre Fredericton et Ottawa dans le but d’assumer ses responsabilités gouvernementales, ce qui lui a valu le nom de « The Flying Pirie ».

Fred Pirie Sr a eu un fils et trois filles. Frederick William Pirie Jr est né le 8 juillet 1918 et est décédé le 3 mai 1999. Il était l’époux de Betty Jane Skofield de Fort Fairfield, au Maine.Parmi ses contributions :

  • il a joué un rôle actif dès son jeune âge dans l’expansion d’un grand nombre des entreprises familiales, dont celle du marché d’exportation des semences de pomme de terre en Europe de l’Ouest et en Afrique du Nord;
  • il a démarré ses propres entreprises, dont une épicerie et une entreprise de fabrication d’équipement agricole;
  • il a contribué financièrement à diverses causes, notamment en faisant don des terres où est maintenant situé l’Hôpital général de Grand-Sault;
  • il a donné de son temps, notamment aux fins de l’établissement du club Rotary de Grand-Sault en 1946, duquel il est le président fondateur.Il a également siégé au sein du conseil consultatif du ministre du Commerce à Ottawa pendant un certain temps.

Frederick Pirie Jr a eu trois fils prénommés John, Tom et Peter et une fille, Brenda.Ils ont tous apporté leur contribution aux entreprises familiales.Cependant, Tom est décédé en 1968 alors qu’il n’avait que 24 ans.

 

Gaylon Henry Crain

Né à Bath, au Nouveau‑Brunswick, en 1941, Gaylon Crain est le fils de William et Carrie (DeMerchant) Crain. Il était le sixième d’une famille de seize et avait cinq soeurs et dix frères. Il a grandi sur la ferme de ses parents située à Piercemont où il est devenu familier avec la vie agricole mixte dès sa tendre enfance. À l’âge de quinze ans, il a cessé d’aller à l’école pour aller travailler dans un camp de bûcherons, débusquant les arbres et chargeant les billots à l’époque du transport par chevaux et par rail. Il a aussi travaillé pendant une courte période dans la construction en Ontario avant de revenir au travail agricole comme employé d’Alex et de Douglas MacIntosh à Bath. Il a également participé à la construction du Northern Carleton Hospital à Bath.

En 1962, il a épousé Alice Broad et ensemble, ils ont élevé trois filles : Beverly, Gail et Robin. Il était très fier de ses filles et de ses sept petits‑enfants et appréciait les moments passés ensemble. Un bon repas partagé avec toute sa famille était pour lui une occasion spéciale. Animé par le désir d’avoir sa propre ferme, en 1964 à l’âge de 23 ans, il a planté ses premières pommes de terre sur une terre de quinze acres appartenant à William Pierce, à Piercemont. Grâce au fruit de sa récolte et à un petit prêt de la banque, il a acheté sa propre ferme mixte à Piercemont en 1965, à un jet de pierre de la ferme de son père.

Sa passion pour l’agriculture a dirigé sa vie, et voir sa famille et sa ferme grandir lui procurait énormément de joie et de satisfaction. Au cours des premières années, à mesure que sa récolte de pommes de terre a augmenté, il a continué de fournir des pommes de terre à McCain Foods, en mettant beaucoup sur le marché par train par l’entremise d’Ervine Canam dans le Upper Kent, et en exportant par bateau à partir de Saint John. Bientôt, la croissance de sa ferme lui a permis d’offrir du travail à trois de ses jeunes frères, à savoir Wavel, Hugh John et David. En fin de compte, ceux‑ci ont pleinement participé aux opérations quotidiennes. La capacité de Gaylon à gérer et à diriger sa ferme a mené à une augmentation de la production, une plus grande variété de récoltes, une amélioration de la machinerie et l’acquisition d’acres supplémentaires. Au fil des années, son leadership a donné naissance à l’entreprise qu’on appelle aujourd’hui Crain Farms Ltd. - qui cultive plus de 1300 acres où 500 acres sont consacrées à la culture de la pomme de terre. Son exploitation agricole a figuré quatorze fois sur la liste des dix principaux fournisseurs de pommes de terre de McCain et reçu trois fois le titre de champion producteur. En 1993, le Canadian Farming Magazine a publié un article sur sa ferme.

Le dur labeur et le dévouement de Gaylon envers le secteur agricole ont eu un effet positif sur sa communauté. Son honnêteté, sa générosité, son calme et sa capacité à travailler avec les gens ne sont que quelques‑unes de ses qualités de leader. Il aimait rencontrer les producteurs locaux pour s’entretenir avec eux de leurs défis, et des nouvelles pratiques et du nouveau matériel susceptibles de promouvoir la croissance de la culture de la pomme de terre. C’était un homme respecté de sa communauté pour ses conseils, considéré comme un modèle en matière de gestion des affaires et d’une ferme. Gaylon croyait que la culture de la pomme de terre était d’une importance capitale pour notre région et qu’une augmentation de la production, de la qualité et du rendement offrirait davantage de travail à la population locale, profiterait aux entreprises locales et remédierait à la disparition progressive des fermes au Nouveau‑Brunswick. Il croyait à l’éthique du travail de la population locale et à notre capacité à offrir des aliments de qualité cultivés à la ferme à un marché mondial.

Il a vu l’importance d’expérimenter avec de nouvelles variétés et de s’adapter aux changements de notre climat et de notre environnement. Il a participé à l’essai de nombreuses variétés de pommes de terre dont la Shepody, la Brandon, la Ranger Russet, la Bristol Hawk, la Borden et la Highland. Il a été l’un des premiers agriculteurs à comprendre l’importance de la rotation des cultures et ses avantages afin que la matière organique du sol se conserve de manière adéquate et permette une production à long terme de la pomme de terre. Avec le temps, il a expérimenté diverses rotations de cultures pour trouver la pratique qui offre la meilleure qualité et la plus grande production de pommes de terre. Ses pratiques de rotation éprouvées sont vite devenues celles des autres agriculteurs locaux. Gaylon a également vu les avantages liés à la modernisation de la machinerie et à s’adapter à de nouvelles techniques et pratiques pour améliorer l’efficacité et la qualité des récoltes. Il a essayé de nouveaux cultivateurs de pommes de terre, et sa ferme a été l’une des premières à adopter l’arracheuse de pommes de terre Thomas B88 Air Vac et la moissonneuse-batteuse à écoulement axial améliorée. Il a eu recours à l’irrigation pour améliorer la production durant les étés secs. Il a maximisé l’utilisation de sa terre en défrichant des acres supplémentaires et en asséchant de la terre jugée trop humide pour permettre la croissance de pommes de terre de qualité. Il a modifié les pratiques agricoles pour empêcher l’érosion du sol et bâti des cours d’eau pour mettre en valeur les terres et permettre de nouvelles cultures de pommes de terre. Par sa vision et son leadership, il a continuellement favorisé la croissance de la culture de la pomme de terre et promu l’importance de l’exploitation agricole familiale dans sa communauté et les environs. Il s’est appliqué à promouvoir ce qui était considéré comme une entreprise familiale et à faire en sorte que ses pratiques agricoles traversent les générations. Il a encouragé les jeunes à s’impliquer et aujourd’hui, ses filles, ses trois frères, leurs fils ainsi que d’autres neveux et membres de la famille élargie participent à l’exploitation de la ferme.

Gaylon croyait qu’il fallait soutenir et encourager les entreprises locales. Il a été l’un des premiers agriculteurs à appuyer les emballeurs de pommes de terre de la Northern Carleton Potato Packers, une entreprise aujourd’hui connue sous le nom de Mountain View Packers. Il s’efforçait d’acheter des produits locaux et retenait les services d’entreprises locales pour soutenir l’exploitation de sa ferme. Il aimait les gens : il a appuyé des organismes de charité, des musiciens et des pasteurs de sa région et a souvent aidé des personnes ou des familles défavorisées. Il a aussi soutenu l’association de Billy Graham dont il était un fervent admirateur. Gaylon aimait profondément sa famille et l’agriculture et croyait que chacun pouvait réaliser de grandes choses.

 

Heber Harold Hatfield

Heber Hatfield est né à Middle Simonds, dans le comté de Carleton, au Nouveau-Brunswick. Il a fréquenté la petite école publique de l'endroit et, dès son jeune âge, il a acquis sa première expérience des affaires comme commis au magasin de son père. Au début du 20e siècle, il a commencé à prendre part à l'expédition de pommes de terre et s’est intéressé toute sa vie aux différentes étapes de la production de la pomme de terre. Il a participé également à des projets commerciaux et d’amélioration communautaire.

Un des pionniers de la commercialisation à grande échelle des pommes de terre du Nouveau- Brunswick, il s’est associé en 1909 à F. S. Scott, de Montréal, et a ouvert un bureau à Hartland. Plus tard, il a constitué son entreprise en corporation sous le nom de Hatfield and Company Ltd. afin d’acheter et de vendre des pommes de terre de semence et de consommation. M. Hatfield a aussi lancé, entre autres, Hatfield Industries, New Brunswick Potato Products, Limited et Canada Potato Products, Limited.

De tout temps innovateur, M. Hatfield a mis au point bon nombre de nouveaux concepts en matière de commercialisation et de transformation des pommes de terre, notamment l’expédition de petits emballages (10 lb) de pommes de terre de consommation, l’établissement d’une usine de déshydratation qui fournissait des pommes de terre déshydratées aux armées alliées pendant la Deuxième Guerre mondiale et l’ouverture d’une des premières féculeries au Canada. Plus important encore, il a lancé et exploité la première fabrique de croustilles au Canada. En outre, il a percé des marchés et expédié des pommes de terre de semence et de consommation aux États-Unis, dans les Caraïbes et en Amérique du Sud. Le marché des Caraïbes a d’ailleurs été rentable jusqu’à tout récemment pour l’industrie néo-brunswickoise.

En plus d’être un chef de file du développement de l’industrie de la pomme de terre, Heber Hatfield a servi sa collectivité à une plus vaste échelle en tant que député fédéral de la circonscription de Victoria‒Carleton après avoir été élu en 1940, 1945 et 1949. Tout en continuant à exploiter ses diverses entreprises, il a également été maire de Hartland, conseiller au sein du conseil du comté de Carleton et président de la Hartland Electric Company, Limited. M. Hatfield comptait parmi les plus importants employeurs du comté et il a toujours fait de son mieux pour trouver les marchés les plus lucratifs pour les fruits et légumes cultivés par les agriculteurs locaux.

Entrepreneur et politicien admiré et réputé tout au long de sa vie, Heber Hatfield, surtout grâce à l’établissement et à l’exploitation de la première fabrique de croustilles au Canada, a élevé la pomme de terre du Nouveau-Brunswick, à l’origine une denrée relativement peu connue, au rang de grignotine populaire dans tous les foyers canadiens.

 

Eugene Joseph Brennan

Eugene Brennan est né et a grandi à Johnville, au Nouveau-Brunswick. Dès son plus jeune âge, il a travaillé à la ferme de son père (T. J. Brennan).

Il est allé à l’école de la région et a ensuite obtenu son diplôme de l’école de métiers de Woodstock (Woodstock Vocational School). Par la suite, il est retourné à la ferme familiale (T. J. Brennan and Sons Ltd.) pour travailler avec son père et ses frères, Raymond et Bill, et plus tard avec son fils Matthew, qui exploite toujours la ferme.

M. Brennan adorait cultiver la terre et côtoyer des gens de tous les horizons. Il appréciait particulièrement les autres agriculteurs. Il désirait voir leur ferme prospérer et les membres de leur famille devenir des citoyens respectés de leur collectivité.

À ce titre, il a été un modèle et un mentor, surtout pour les jeunes fermiers, et tous les vieux routiers de l’industrie agricole sollicitaient ses conseils. M. Brennan a aussi été très actif dans le secteur de la pomme de terre. Il a été expéditeur de pommes de terre, trouvant des débouchés pour la culture de la ferme familiale ainsi que celles de nombreuses autres fermes de la région. Il a collaboré avec d’autres expéditeurs de pommes de terre, les a aidés à regrouper les commandes destinées à l’exportation outre-mer et a coordonné le transport ferroviaire à partir de la voie secondaire à Bath jusqu’à destination.

Il se spécialisait dans les pommes de terre de semence et de consommation. La côte Est, l’Ontario et le Québec constituaient les principaux marchés qu’il a approvisionnés en produits de grande qualité.

Eugene Brennan a été un des précurseurs de la création de la New Brunswick Potato Shippers Association Inc. Avant l’établissement de Pommes de terre Nouveau-Brunswick, c’était cette association d’exportateurs qui rencontrait les gouvernements et le Conseil canadien de l’horticulture pour promouvoir et protéger efficacement l’industrie de la pomme de terre.

Père de famille honnête, doux et intègre, M. Brennan a représenté avec calme, discrétion et vivacité d’esprit les cultivateurs et expéditeurs de pommes de terre, s’efforçant constamment de résoudre les problèmes et d’adopter la meilleure voie à suivre. Très travaillant, il a toujours traité les gens avec respect et s’est sincèrement intéressé aux gens qu’il a fréquentés dans le cadre de ses activités commerciales.

Eugene Brennan avait sa communauté à coeur, travaillant sans relâche pour faire discrètement la promotion de sa collectivité comme il le faisait pour l’industrie. Il a été membre et bien souvent président des organismes suivants : la chambre de commerce de Bath, le Northern Carleton Hospital, le foyer de soins Annie I. Lockhart Old Peoples Home, le club Rotary de Florenceville, les chevaliers de Colomb de Bath, le conseil de la paroisse St. Joseph et la société de logement sans but lucratif de Bath.

L’industrie de la pomme de terre et la communauté agricole dans son ensemble sont mieux organisées aujourd’hui grâce aux qualités de chef et aux sages conseils de Eugene Joseph Brennan et d’autres hommes de sa trempe.

 

Jean-Louis Daigle

Jean-Louis Daigle est né et a grandi sur une petite ferme mixte de pommes de terre à Drummond, au Nouveau-Brunswick, et c’est là, dès son jeune âge, que la production de pommes de terre a éveillé son intérêt. Plus tard, il a obtenu un baccalauréat ès sciences appliquées en génie rural de l’Université Laval, à Québec.

À la suite d’observations effectuées à la ferme familiale et de l’expertise qu’il a acquise lors d'un emploi d’été au ministère de l’Agriculture du Nouveau-Brunswick, la conservation des sols est devenue un élément très important pour lui. Par conséquent, après avoir obtenu son baccalauréat en 1976, il a accepté un poste à Perth-Andover au sein de la Direction du génie agricole du ministère de l’Agriculture du Nouveau-Brunswick. Grâce à son intérêt marqué pour la lutte contre l’érosion du sol et à son expertise en la matière, conjugués à sa capacité de convaincre les agriculteurs qu’il était avantageux de bien gérer leurs terres, il est vite devenu bien connu auprès de l’industrie de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick et de ses représentants et était respecté par ceux-ci. De 1976 à 1991, au dire de Jean-Louis lui-même, « j’étais un pionnier qui travaillait directement avec des fermiers innovateurs pour mettre en oeuvre des systèmes de contrôle de l’érosion ». Jean-Louis Daigle est considéré comme le « père » de la mise en oeuvre, dans la province, de systèmes culturaux utilisant des terrasses de déviation. C’est aussi à cette époque que les producteurs de pommes de terre et les chefs de file de l’industrie dans la zone de production de la pomme de terre du Nouveau-Brunswick l’ont surnommé le défenseur de la conservation des sols.

En 1991, M. Daigle a accepté le poste de chef de la Section du génie rural, à la Direction des ressources des terres agricoles au ministère de l’Agriculture, à Fredericton. Il y a dirigé et coordonné les programmes et services de génie rural associés à l’amélioration des terres, à la conservation de l’eau et des sols et à l’intendance des terres.

En 1998, M. Daigle a été nommé directeur du Centre de conservation des sols et de l’eau de l’Est du Canada, situé à Grand-Sault, au Nouveau-Brunswick, où il a pu assouvir sa passion pour la conservation des sols à plus grande échelle, sur la scène régionale et nationale, par l’intermédiaire de tables rondes et comités consultatifs sur l’agroenvironnement, la protection de l’eau et des sols et les changements climatiques.

Jean-Louis Daigle a vraiment eu une carrière d’ingénieur professionnel exceptionnelle. C’est à lui que l’on doit les changements majeurs apportés aux pratiques agricoles en ce qui concerne la viabilité de l’industrie de la pomme de terre, tant du point de vue de l’aménagement que de l’intendance des terres.

Parmi ses principales réalisations, il a encouragé et dirigé la recherche à l’échelle locale avec Agriculture et Agroalimentaire Canada et des fermiers coopérateurs dans les domaines de la conservation des sols et de l’eau et de l’aménagement du territoire, notamment les parcelles de recherche sur l’érosion du sol à Drummond, les sites repères à Drummond, l’étude du bassin hydrographique du ruisseau Black à Saint- André (une des sept études coopératives canadiennes sur les bassins hydrographiques menées avec Agriculture et Agroalimentaire Canada), et l’étude pilote sur la santé des sols effectuée avec Pommes de terre Nouveau-Brunswick.

En reconnaissance de ses réalisations en tant que dirigeant visionnaire, M. Daigle a reçu de nombreux prix provinciaux et nationaux, à savoir :

  • le prix de l'initiative agricole et le prix pour service émérite à l’agriculture du Nouveau-Brunswick, tous deux décernés par l'Institut des agronomes du Nouveau-Brunswick, ainsi que le prix James Robb, qui reconnaît des réalisations professionnelles et un leadership exceptionnels;
  • intronisation par le Conseil canadien de conservation des sols en 1990 au Temple de la renommée de la conservation des sols du Canada;
  • le prix pour l’utilisation durable des ressources en sols remis en 1997 par le Comité national canadien de l’irrigation et du drainage;
  • le prix Jim-Beamish attribué en 2001 par la Société canadienne du génie rural;
  • le prix d’excellence en environnement décerné en 2002 par la Ville de Grand-Sault;
  • le prix d’initiative environnementale dans la catégorie prix hommage remis par le ministre de l’Environnement du Nouveau- Brunswick.

Donnant toujours de son temps à la communauté, Jean-Louis Daigle a présidé le conseil de la paroisse de Drummond et a organisé des activités pour la promotion de l’agriculture et de l’industrie de la pomme de terre lors du centenaire. De plus, il a collaboré étroitement avec les municipalités pour établir des partenariats visant à protéger leurs sources d’eau potable. À l’heure actuelle, il est trésorier bénévole de l’Association d’intégration communautaire Edmundston – Madawaska, qui a pour objectif d’intégrer dans la communauté les personnes ayant une déficience physique ou intellectuelle.

Les producteurs de pommes de terre du Nouveau-Brunswick et tous les intervenants de l’industrie sont redevables à Jean-Louis Daigle pour les innombrables et inlassables efforts qu’il a déployés afin de protéger nos précieuses ressources en sols pour l’avenir.

 

Robert R. McCain

Robert R. (Bob) McCain est né à Florenceville en 1922. Après avoir fréquenté l’école publique à Florenceville, il respecte le souhait de son père et s’inscrit à la Faculté de médecine de l’Université de Dalhousie avec le soutien du Corps-école d’officiers canadiens. Durant son entraînement militaire à Sussex, une explosion de mortier au mauvais moment met fin à sa carrière médicale. Après un long séjour à l’hôpital, il revient à la maison pour travailler chez McCain Produce avec son père et son frère Andrew. C’est à cette époque qu’il commence à s’intéresser aux frites surgelées. Après de nombreuses recherches et études, il parvient à convaincre ses frères de s’associer pour démarrer une nouvelle entreprise, McCain Foods, dont il fut un des directeurs jusqu’à sa mort en 1977. Il continue également de cogérer McCain Produce en compagnie d’Andrew.

Il a développé un marché d’exportation pour les bovins laitiers provenant des Maritimes. Bob a vendu et expédié à Cuba le premier taureau Holstein de race pure issu de son troupeau Holstein enregistré. Il a également été l’un des directeurs fondateurs de l’Association des courses de chevaux de l’Atlantique pour les chevaux de race standardbred. Ses chevaux ont participé à des courses dans les Provinces maritimes, à Montréal, au Maine et en Floride.

En outre, M. McCain a été un membre actif du Conseil canadien de l’horticulture et de l’Agence canadienne d’exportation de pommes de terre de semence. En hommage à sa contribution remarquable à l’industrie agricole, son portrait est accroché au Temple canadien de la renommée agricole à Toronto et au Temple de la renommée agricole de l’Atlantique à l’Université de Dalhousie.

M. McCain était un homme qui vouait un intérêt profond à sa collectivité. Lui et son frère Andrew ont joué un rôle clé dans la création du Club Rotary à Florenceville; il est devenu par la suite président de ce club ainsi que gouverneur de district. Il a été le premier membre du club Rotary de Florenceville à obtenir le titre « Paul Harris Fellow ». Il a également été Vénérable maître de l’Ordre des francs maçons. Lui et son épouse Rosemary ont eu quatre enfants : Beth, Andrew, Mary et Kirk.

 

Andrew H. McCain

Andrew H. McCain est né le 22 septembre 1921 à Florenceville. Diplômé de l’école secondaire de Florenceville en 1939, il a étudié à l’Université du Nouveau-Brunswick et à l’Université Acadia. Lui et son épouse, Marjorie Pearson, ont élevé six enfants : Allison, Kathryn, Linda, Margaret, Stephen et Nancy.

Il a amorcé sa carrière dans le monde des affaires chez McCain Produce Co. Ltd. en compagnie de son père, Andrew, et de son frère Robert. Ensemble, ils ont fait de l’entreprise l’un des principaux exportateurs de pommes de terre de semence et de consommation du Canada, expédiant leurs produits en Amérique du Sud, en Amérique centrale, en Europe du Sud et à Cuba.

Andrew a été directeur fondateur de McCain Foods Limited, qui est devenue le plus important transformateur dans son domaine au monde.

C’était un entrepreneur qui avait à coeur sa collectivité et la province du Nouveau-Brunswick. Dans le monde des affaires, il a siégé à plusieurs conseils d’administration, notamment ceux de la New Brunswick Telephone Company, de la Juniper Lumber Company et de l’Agence canadienne d’exportation de pommes de terre de semence. Au sein de la collectivité, il a été actif dans le Club Rotary de Florenceville, la Loge maçonnique, l’Elks Club, les scouts et guides, le Club de curling et le Parti libéral du Nouveau-Brunswick, à titre de trésorier

 

 

Page d'Accueil | Tour de la Musée | Panthéon du Monde | Page de Donation | Café | Événements | Liens | Contactez-Nous | English